En passant par les Indes avec le concours du romantisme allemand

En passant par la Russie et les Indes…avec le concours du romantisme allemand.
Le domaine énergétique occupe une place importante dans les relations entre la Russie et l’Inde. En effet, l’Inde s’est vue procéder à de gros investissements pour répondre à la demande croissante de son économie émergente, ceci afin d’atteindre une autosuffisance en hydrocarbures.
Dans cette optique et ceci dès 2005, M. Poutine a cherché à revaloriser le statut historique d’«alliés naturels» selon sa propre expression unissant ainsi les deux pays et en faisant de l’Inde un partenaire privilégié pour les exportations énergétiques russes.Outre une coopération renforcée entre la principale compagnie pétrolière indienne ONGC et son pendant russe Rosneft, M. Poutine a déclaré que la Russie étudiait également la possibilité de « construire de nouveaux pipelines » dont la mise en projet relègue au second rang la perspective d’un oléoduc Iran-Pakistan-Inde. Fort heureusement, le domaine nucléaire, et dans une bien moindre mesure, celui de les hydrocarbures n’ont pas constitué les seuls échanges entre la Russie et l’Inde. Les recherches en linguistique ont également constitué une place privilégiée dans les relations entre les deux pays.

Ainsi dès le XVIIIème siècle, plusieurs chercheurs allemands issus des communautés germaniques installées sur l’immense territoire de l’empire russe ont été encouragés par la tsarine d’origine allemande Catherine II à procéder à des fouilles de manuscrits en Asie centrale ainsi qu’en Inde. Le fait que les tous premiers manuscrits en sanscrit aient été découverts en 1724 par des chercheurs russes, à savoir bien avant l’accession au trône de cette dernière sont à l’origine de l’impact sur le développement de l’indologie en Russie. Il est important de souligner que la prépondérance du romantisme allemand et celle de chercheurs allemands sur le territoire de l’empire russe ont permis, entre autres, de fonder l’Institut des manuscr

crits orientaux de l’Académie des sciences de Russie à Saint-Pétersbourg en 1818.

A partir de ce moment les recherches sur le sanscrit se sont intensifiées avec la parution, en 1845, du premier lexique dans lequel la sémantique a trouvé sa place. Les premières éditions ont paru en allemand avec la définition précise des mots sanscrits, ceci du fait de la prédominance des premiers chercheurs allemands qui ont été par la suite et progressivement remplacés par des Russes.

De leur côté, les Britanniques ne sont pas restés “les bras croisés”. Accompagnée du Colonel Olcotte, la voyageuse et théosphose russe Helena Petrovna Blavatsky a développé un journal intitulé “le Theosophist”, édité la première fois en 1879, dévoué à la philosophie orientale, à l’art, à la littérature et à l’occultisme. On ne pourrait pas non plus passer sur l’ouverture du Musée asiatique de Saint-Pétersbourg, fondé notamment grâce à la famille Youssoupov en 1830.