Traduction dans le domaine de l’économie écologique

De la carence terminologique des termes

La difficulté principale que représente la traduction en économie écologique est d’ordre terminologique. En effet, la littérature scientifique et les glossaires en langue française n’abondent pas, ce qui complique la recherche d’équivalents dans la langue cible pour le traducteur francophone. Par ailleurs, bien que les termes techniques semblent parfois directement compréhensibles, ceux-ci cachent souvent un sens bien précis et des connotations insoupçonnées. Certains termes peuvent aussi ne pas faire consensus entre spécialistes, ou revêtir un sens différent par rapport à ceux qu’ils ont dans des champs voisins ou dans la langue courante. Enfin, le traducteur est amené à faire face au phénomène de la synonymie, problème typique des nouvelles sciences novatrices.

L’économie écologique est l’exemple le plus frappant de ce qui vient d’être énoncé ci-dessus. En effet, cette science qui constitue une sorte de macro-domaine englobant bon nombre d’autres sciences peut sembler de prime abord compréhensible au néophyte qui serait amené à traduire un texte traitant d’économie écologique. En guise de première définition, on peut dire de l’économie écologique est une tentative de réconciliation du développement économique et de l’environnement en vue de préserver les ressources naturelles et de pourvoir équitablement aux besoins de la société.

Cependant, il est intéressant de se pencher sur le paysage documentaire de l’économie écologique. Étant donné qu’il s’agit d’une science sociale transdisciplinaire, les spécialistes de ce champ d’étude présentent des profils très variés. Ils sont géographes, biologistes, spécialistes en études environnementales, agronomes, philosophes ou sociologues. Il s’agit aussi bien de scientifiques travaillant sur le terrain que d’universitaires ; des militants et des ONG travaillent aussi très souvent en étroite collaboration avec les chercheurs. Ce foisonnement d’experts de tous horizons a pour avantage de conférer à ce domaine un certain pluralisme, censé contrecarrer la vision univoque de l’économie néoclassique à laquelle s’oppose l’économie écologique.

D’ailleurs, la spécificité la plus saillante des science nouvelles ou novatrices est leur propension à la néologie. En effet, si elles bousculent les idées reçues, elles ont le don de remplacer les concepts obsolètes. Comme nous le savons bien, culture et langues sont intimement liées ; ainsi lorsque les concepts évoluent, les noms évoluent avec eux et s’installent petit à petit dans le langage : hier encore, nous parlions de « développement durable », demain nous parlerons de « décroissance soutenable ».

Afin de démontrer ce qui précède, nous avons conçu ce petit glossaire spécifiquement pour vous.

Anglais Espagnol Français
agrowth acrecimiento acroissance
biophysical indicator indicador biofísico indicateur biophysique
biopiracy biopiratería biopiraterie
carbon debt deuda de carbono dette carbone
degrowth decrecimiento décroissance
depletion of natural resources agotamiento de los recursos naturales épuisement des ressources naturelles
ecological debt deuda ecológica dette écologique
ecological footprint huella ecológica empreinte écologique
entropy entropía entropie
environmental good bien ambiental bien environnemental
environmental justice justicia ambiental justice environnementale
environmental liability pasivo ambiental passif environnemental
environmental service servicio ambiental service environnemental
exosomatic exosomático exosomatique
export of toxic waste exportación de residuos tóxicos exportation de déchets toxiques
externality externalidad externalité
human appropriation of net primary production apropiación humana de la producción primaria neta appropriation humaine de la production primaire nette
incommensurable inconmensurable incommensurable
material flow analysis análisis de los flujos de materiales analyse des flux de matière
natural capital capital natural capital naturel
relational good bien relacional bien relationnel
social metabolism metabolismo social métabolisme social
sustainable sostenible soutenable
water footprint huella hídrica empreinte hydrique

La traduction dans le domaine de l’écologie est un exercice complexe qui demande des connaissances transversales dans différents domaines. Lorsqu’une science sociale est nouvelle, elle présente d’autant plus de difficultés pour le traducteur que sa terminologie et ses définitions font rarement l’unanimité chez les spécialistes, à fortiori si elle est composée de plusieurs autres sciences.

Quand bien même le problème de néologie se présente régulièrement dans une nouvelle science comme l’écologie, et il arrive souvent que certains termes qui y sont utilisés, soient les mêmes que dans d’autres sciences, avec une acception qui est souvent différente.

Philippe Golay

Source : Revue « Traduire », une autre perspective sur la traduction